[Miradors & Joystick #02]

"Opening Doors", est une installation interactive composée de miradors métalliques que le spectateur est invité à contrôler à l'aide d'un joystick.

Opening Doors

Objets architecturaux dont la fonction première est de permettre la surveillance d'un espace particulièrement sensible (frontière entre deux pays, environnement carcéral).

Disposés dans l'espace d'exposition, ils sont sortis de leur contexte d'origine et deviennent à leur tour des objets sculpturaux, que l'on peut appréhender depuis plusieurs points de vue. Ceci est un premier mode d'accès à l'œuvre.

La première impression que l'on a est de se sentir observé, ( invisibilité de l'observateur ); ces miradors interpellent le spectateur comme sujet et objet à la fois, ils mettent en scène par leur présence la position du spectateur, qui lui est confronté au regard de ces observateurs invisibles.
Confronté à cette " vision sans regard ”, on ne sait jamais si l'on est effectivement regardé, mais le fait de pouvoir l'être à tout instant suffit à créer le sentiment de l'être en permanence.
L'on se sent surveillé mais aussi, encerclé , enfermé par l'espace qu'ils composent.

Le spectateur peut entrer en interaction avec les objets.

A l'aide du joystick, interface qui fait clairement référence au monde des jeux vidéos, ces objets dont la fonction est d'offrir une situation de contrôle sur l'environnement deviennent eux-mêmes contrôlables. La relation qui prend forme entre le spectateur et l'œuvre se voit modifiée par cette possibilité d'interaction. En effet lorsque ces miradors ne sont pas manipulés, les spectateurs peuvent se sentir surveillés, alors que lorsqu'ils manipulent ces objets de cinq mètres de haut, ils sont en situation de contrôle et transforment les miradors en objets jouables.
Le spectateur se voit contraint à une gymnastique du corps, l'obligeant a se tourner, se baisser ou se déplacer pour suivre leurs évolutions, il passe ainsi une limite ou plutôt une frontière, physique, passant de l'immobilité a l'action.

Le spectateur, par cette action, renverse la situation: l'observateur du départ devient alors l'objet de l'observation, et vice versa, le joystick devient alors le pivot de cette situation en aidant ainsi à l'opération de cette transposition du regard, ce glissement de point de vue.
Dans ce contexte, qui surveille qui ? Si l'objet qui a été pensé pour permettre une situation de contrôle est contrôlé, alors qui est contrôlé ? Le spectateur ? Les miradors ? Cette relation ambiguë qui s'installe entre le spectateur et l'œuvre, cette interactivité, ajoute une couche de sens à l'œuvre, ouvre un espace de réflexion sur l'objet. Sans cette interactivité, c'est toute une partie du propos tenu par l'artiste qui disparaît. L'interactivité mise en forme ici est donc une condition d'accès à l'œuvre qui s'ajoute à son statut d'œuvre sculpturale, et donc à la possibilité d'appréhender l'œuvre depuis plusieurs points de vue. Nous voyons se développer dans cette installation un espace en plusieurs couches grâce auquel l'œuvre produit du sens. Il semble donc naturel que les modalités d'accès à cet espace soient elles aussi multiples.

Ce dispositif procède à une série de retournements où l'observateur devient l'observé, où il est l'un et l'autre simultanément, questionne le statut du regard et déplace le centre organisateur de la scène.

_

"Für Continuum stellt François SCHULZ eine interaktive Installation, Opening Doors, vor die aus metallischen Wachtürmen besteht welche von dem Besucher mit hilfe eines Joysticks kontrolliert weden können. Architektonische Gegenstände deren erste Funktion darin besteht einen besonders empfindlichen Raum zu überwachen werden hier zu spielerischen Gegenständen die mit einem Joystick bewegt werden können- ein klarer Hinweis auf die welt der videospiele. Das was ursprünglich ein Werkzeug zur Kontrolle anderer ist, wird hier vom Besucher kontrolliert. Diese monumentale Installation die den Besucher in eine fremde und neuartige Lage versetzt, errichtet so eine Störung zwischen den Begriffen Bewacher und Bewachter." (Luxemburg und Grossregion Kulturhauptstadt Europas 2007)

_

(principe du « Panopticon » de Jeremy Bentham (XVIIIe siècle) analysé par Michel Foucault”)
Cf Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Éd. Gallimard,
1975, « Le panoptisme », p. 197 à 229.

_

// REVUE DE PRESSE / PRESS REVIEWS : //

* LA VOIX - 13.07/07 - page 14 - Sonia da Silva, De l'entrée en matière

(...) "L'entrée en matière de Continuum est d'un ludique subversisme. Avec Opening Doors, François Schulz vous invite au coeur d'un dispositif de surveillance inspiré du célèbre "panopticon" (auquel Michel Foucault se réfère dans Surveiller et Punir). Quatre miradors métalliques lourds de 200 kilos chacun se trouvent implantés dans une grande salle. "Le spectateur, en manipulant d'un simple coup de pouce le bouton d'un joystick, passe du statut surveillé à celui de surveillant puisqu'il prend alors le contrôle de ces tours de contrôle, brouilllant donc les repères"" (...)

* LE QUOTIDIEN - 24.07.07 - Page 34 - France Clarinval, Les murs ne suffisent pas

(...) "Le visiteur est ainsi acceuilli par Opening Doors , de François Schulz. Quatre miradors métalliques semblent nous surveiller, mais un joystick, au centre du dispositif, nous indique que c'est nous qui avons la mainmise sur ces "Big Brother". Retournant la situation de surveillance, le visiteur peut actionner les miradors qui se meuvent comme des robots." (...)

* 352 - 26-07-07

(...) " An interactive piece by François Schulz lets you take control of observatory towers that are normally found in prisons, changing the space from an imposing prison setting to a playful game "we laugh but it is violent" said François Schulz " (...)

* D'LAND Kultur- 10.08.07 - Page 15 - Didier Damiani, Continuum discontinu

(...) "Dans l'ouvrage La production de l'espace (1974), Henri Lefebvre avait déjà défini l'espace comme un produit, pouvant servir d'instrument à la pensée comme à l'action et en tant que moyen de production il est aussi moyen de contrôle, donc de moyen de domination et de puissance. Ainsi les miradors métalliques de François Schulz à l'entrée du parcours délimitent et quadrillent l'espace surveillé et s'activent au simple click du spectateur sur un joystick placé au centre de la pièce. Ces objets architecturaux, mécanismes agressifs opèrent l'inversion des rôles entre le surveillé et le surveillant mais font également la distinction entre espace et territoire. De ces portes ouvrant vers quelque part, nait la triplicité de l'espace selon Henri Lefebvre : représentations de l'espace, pratique spatiale et espaces de représentations. " (...)

* RENDEZ-VOUS - Juillet 2007 - Continuum
* NOW - 15.07.07 / 15.09.07 - Continuum - Eines manipulation des raumes
* NZZ Online - 15.08.07 - Samuel Herzog - Jagdsaison im Grossherzogtun Luxemburg
* TELECRAN - 25.08.07 / 31.08.07 - Continuum
* LUXEMBURGER WORT - 30.08.07 - Continuum : eine besondere Erfarhung von kundt und raum

_

E X P O S I T I O N S:

13.07.2007 – 02.09.2007: "CONTINUUM", Luxembourg & Grande Région, Capitale Européenne de la culture 2007.
_


Infos:

L I N K S:

Vers le journal de bord d'"Opening Doors"
Vers le Website de "CONTINUUM"
_

R É A L I S A T I O N:

François SCHULZ
_

Avec l'aide et le soutien précieux de:

Matthieu VIROT & Dominique CUNIN

_

M E R C I:

Francis BRAS & Zandrine
Catherine CHEVREUX
Dominique CUNIN
Marie MAHLER
Matthieu Normand
Mayumi OKURA
Geneviève PÉRIAT
Hervé SCHULZ
Nathalie SCHULZ
Hélène TOVSTIUK
Matthieu VIROT